Carlos Ghosn est visé par un mandat d’arrêt international d’Interpol

Carlos Ghosn est visé par un mandat d’arrêt international d’Interpol en sol libanais après son étrange évasion du Japon. Les autorités libanaises ont reçu jeudi le mandat d’arrêt international contre Carlos Ghosn.

Advertisements
Carlos Ghosn est visé par un mandat d'arrêt international d’Interpol
Credit : france24
Advertisements

D’autre part, les autorités turques ont également lancé une enquête relative à son audacieuse évasion. En un mot, l’ancien patron de Nissan devient un fugitif international recherché. Mardi, il a fait valoir qu’il s’était évadé du Japon pour rejoindre le Liban à cause d’une « justice japonaise injuste » à son égard.

Le mandat d’arrêt international contre Carlos Ghosn exhorte les autorités libanaises à arrêter le fugitif. Et nous savons que dans le passé, les forces de la sécurité intérieure libanaise n’ont pas arrêté des libanais contre qui des notices rouges ont été émis. Selon une source judiciaire, ces personnes suspectes n’ont pas été inquiétées hormis la saisie de leurs passeports et le versement d’une caution.

Cependant, le ministre libanais de la Justice Albert Serhan a confié dans une interview accordée à l’Associated Press que le Liban va « honorer ses obligations », suggérant pour la première fois que le titan de l’automobile pourrait donc être amené devant un interrogatoire. Néanmoins, il a précisé que Ghosn était entré dans le pays avec un passeport légal, et il semblait mettre en doute la possibilité que le Liban remette Ghosn au Japon.

Carlos Ghosn, qui a les citoyennetés française, libanaise et brésilienne, aurait clandestinement fait appel à une compagnie de sécurité privée pour lui extirper de Tokyo. Son plan d’évasion était en préparation depuis 90 jours avec un transit via la Turquie, a fait savoir Reuters.

D’ailleurs, les autorités turques ont incarcéré jeudi sept personnes en lien avec l’évasion de Carlos Ghosn, dont quatre pilotes, a révélé une porte-parole de la police turque. Toujours, selon la même source, les autres personnes incarcérées sont deux employés de sol à l’aéroport et un employé de fret. Autrement dit, toutes les sept personnes impliquées sont attendues jeudi devant le tribunal pour une audition.

Les données de suivi des vols laissent penser que Carlos Ghosn aurait embarqué dans deux différents avions pour en destination d’Istanbul puis du Liban. Des personnes proches de Carlos Ghosn ont révélé que ce dernier avait pris la décision de s’enfuir vers son pays natal après avoir découvert que son deuxième procès était reporté jusqu’au mois d’avril 2021. Il s’est aussi plaint qu’il lui était impossible de parler avec sa femme en raison de ses conditions restrictives.

Par ailleurs, NHK, la chaîne de diffusion publique japonaise a révélé jeudi que les forces de sécurité intérieure du Japon avaient permis Carlos Ghosn de disposer de son passeport français à titre de rechange dans une mallette sécurisée étant donné qu’il a été libéré sous caution.

Toujours selon la même source, cela explique la manière dont Carlos Ghosn avait pu s’évader malgré la confiscation de ses passeports confiés aux avocats japonais. Personne n’a souhaité éclaircir l’affaire devant la presse. Cela dit, le mandat d’arrêt international contre Carlos Ghosn demeure donc une affaire à suivre.

Advertisements