Changement climatique : les océans manquent d’oxygène avec l’augmentation des températures

Le changement climatique est un sujet de débat houleux pour les scientifiques, les médias mais également pour le grand public depuis ces 50 dernières années. Ce phénomène se présente notamment par une modification du climat de notre planète, du point de vue global, mais également du point de vue régional.

Advertisements

Ainsi, depuis quelques années, on constate un net réchauffement climatique causant la fonte inéluctable des calottes glaciaires. Les effets de ce réchauffement s’étendent bien évidemment aux océans provoquant ainsi un grand déséquilibre écologique.

Changement climatique : les océans manquent d'oxygène avec l'augmentation des températures
Credit : fishmasters
Advertisements

Le changement climatique : une situation déjà alarmante

Notre écosystème est en grande partie basé sur l’étendue marine. En effet, entre 50 à 80% des espèces vivantes se trouveraient dans l’océan. À côté des espèces végétales, c’est également l’océan qui absorbe une bonne partie du dioxyde de carbone (CO2) issu de l’activité humaine.

De plus, en raison de la fonte des calottes glaciaires, le sol, mais aussi l’océan absorbe une grande partie des rayons solaires. Pourtant, cette absorption de CO2 et des rayons solaires est en grande partie la cause du réchauffement ou de l’augmentation de température de l’étendue marine. Or, le fait est que plus une eau est chaude, moins elle comportera d’oxygènes.

Ainsi, entre 1960 et 2010, les scientifiques ont constaté une baisse de 2% du niveau d’oxygène dans l’océan. Cette baisse du niveau d’oxygène est dangereuse pour certaines espèces marines qui sont particulièrement susceptibles à l’hypoxie.

La situation est-elle vouée à s’empirer ?

À côté du changement climatique dit naturel, le réchauffement climatique est donc, en grande partie causé par l’émission de du gaz à effet de serre par l’Homme. Le dioxyde de carbone constitue d’ailleurs le principal gaz à effet de serre.

Les événements comme les conférences sur les changements climatiques constituent d’ailleurs des occasions idéales pour discuter de ce réchauffement climatique et mettre en place des mesures pour limiter cette émission de gaz à effet de serre. Et ce fut bien évidemment le cas durant le COP25 qui s’est déroulé à Madrid du 2 au 14 décembre 2019.

Pourtant, force est de constater que depuis les années 50, le taux d’émission de dioxyde de carbone a nettement augmenté et ne semble pas être en voie de diminuer. En 2019, l’atmosphère terrestre comporte une concentration de CO2 de 413 ppmv (partie par million en volume) qui équivaut à 0,0413% contre 386 ppmv en 2009 et 283,4 ppmv en 1839.

Et si des mesures drastiques ne sont pas prises, d’ici la fin de ce siècle, le taux d’oxygène dans l’océan pourrait encore diminuer d’environ 4% ce qui entrainera inévitablement la diminution voire la disparition d’une bonne partie des espèces vivantes marines et par conséquent, un déséquilibre écologique encore plus marqué et irréversible.

En fait, prendre des mesures visant à limiter l’émission de dioxyde de carbone n’incombe pas uniquement à l’État ou aux industriels. C’est également l’obligation de chaque individu, puisque d’une manière ou d’une autre, nous contribuons tous à cette émission de CO2.

Advertisements