En Chine, Huawei attaque Google en justice pour pratiques anticoncurrentielles

En Chine, Huawei attaque Google en justice pour pratiques anticoncurrentielles
Credit: lemonde
Advertisements

En plus de se préparer à bloquer l’achat d’ARM par Nvidia, le gouvernement chinois pourrait également prendre l’initiative de pénaliser Google pour pratiques anticoncurrentielles. Autant la société de recherche n’opère pas dans le pays, autant Pékin regarde le système d’exploitation Android.

Advertisements

Google sera poursuivi par la Chine pour pratiques anticoncurrentielles

Selon des sources au sein du gouvernement chinois, le pays souhaite enquêter sur Google pour d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles en matière de logiciels pour smartphones. Ce processus a le potentiel d’envenimer davantage les relations sino-américaines. En outre, la Chine doit affirmer que la domination de Google sur Android cause des « dommages extrêmes » à Huawei et aux autres fabricants chinois.

Le comité antitrust de l’état chinois doit se réunir bientôt pour poursuivre cette enquête officielle contre Google pour pratiques anticoncurrentielles. Si elle est approuvée, Google peut avoir des difficultés à se connecter avec tous les fabricants chinois, y compris des noms comme Oppo, Vivo et Xiaomi.

Comme nul ne l’ignore, le gouvernement de Donald Trump a dernièrement beaucoup pénalisé les entreprises chinoises. Outre Huawei, TikTok, WeChat et même le SMIC ont rejoint la liste des sanctions du président Trump. Cette enquête contre Google peut donc être une riposte de Pékin.

La chine prépare une référence majeure de ses lois antitrust afin de perturber davantage les entreprises américaines. Ainsi qu’il soit un marché fermé, Walmart, Apple, PayPal et Ford opèrent sur un sol chinois.

D’autre part, il est à noter que le ministère américain de la Justice lui-même enquête également sur Google pour la même raison : les pratiques anticoncurrentielles. Cependant, l’accent est mis sur le marché de la publicité en ligne et la collecte des données des utilisateurs sur le moteur de recherche.

Quelques détails de la poursuite antitrust

La Chine met en place un examen antitrust concernant l’entreprise Google, enquêtant sur des allégations selon lesquelles elle aurait utilisé la force de sa plateforme de travail mobile Android pour étouffer toute rivalité, ont déclaré deux personnes au courant du problème.

L’affaire a été proposée par Huawei Technologies, le géant chinois du matériel de communication et de diffusion il y a un an. L’affaire a également été présentée par le principal contrôleur du marché du pays au panel antitrust du Conseil d’État pour une enquête en bonne et due forme.

L’examen potentiel fait suite à un tas d’activités menées par l’administration du président américain pour chanceler les organisations technologiques chinoises, en se référant aux lois d’urgence de sécurité nationale. À titre illustratif, on peut citer le boycott de Huawei ayant sapé les activités de la compagnie ainsi que la récente interdiction de TikTok aux États-Unis.

Huawei a déclaré qu’il avait manqué de 12 milliards de dollars son objectif de revenus pour l’année 2019, ce que les responsables ont crédité aux activités américaines à son encontre. Tentant de vaincre sa dépendance à Google, la société chinoise a annoncé son intention ce mois-ci de présenter son cadre de travail exclusif Harmony dans les téléphones portables d’ici un an.

L’enquête pour pratiques anticoncurrentielles contre Google survient également alors que la Chine entreprend une refonte importante de ses lois antitrust avec des modifications proposées rappelant une augmentation émotionnelle pour les amendes les plus extrêmes et des règles étendues pour prendre une décision concernant le contrôle d’une organisation sur un marché.

Par ailleurs, des spécialistes indiens enquêtent aussi sur des accusations selon lesquelles Google aurait mal géré sa position sur le marché pour faire progresser de manière injustifiée son application de paiements portables.

Advertisements