Le monde entier a pu suivre les aventures de Mike Horn, qui s’était longuement préparé à traverser en ski de randonnée l’océan Antarctique. Personne n’avait cependant envisagé qu’il s’y trouverait un jour en grande difficulté. Nous avons donc décidé de réserver une modeste rétrospective à son extraordinaire bravoure, afin que chacun puisse mesurer ce que cet explorateur de l’extrême a réalisé. Un nouveau défi à mettre à son actif qui, fort heureusement, a trouvé un épilogue heureux.

Advertisement
En difficulté dans l'Antarctique, Mike Horn enfin secouru !
Credit : actu-mag
Advertisement

Où l’homme est bien petit :

Deux mois ça peut sembler très long quand, malgré la présence d’un équipier aguerri tel que Børge Ousland, on se retrouve piégés par la banquise. Les risques y sont certes nombreux mais pas que, et leur condition physique hors du commun n’a pas eu l’impact escompté sur les éléments. Les deux compères en ont fait les frais quand, après avoir jour après jour donné tout d’eux-mêmes, les difficultés sont devenues insurmontables.

Des secours à point nommé :

Lors du départ rien ne laissait supposer qu’il faudrait leur venir en aide, surtout à une semaine de l’arrivée. Mais face à ce cas de force majeure des secours ont été envisagés, deux explorateurs norvégiens ont été appelés en renfort. Leur mission était d’apporter des provisions à ce duo héroïque, en venant à leur secours par tous les moyens en leur possession. Un sauvetage qui lui-même comportait sa part de risque, absolument rien n’était gagné par avance.

Nouvelles encourageantes :

Soulignons que les deux aventuriers ont marché sans pause durant 11 heures, après s’être accordé quatre heures de sommeil. Leur but se trouver au plus près des norvégiens partis à leur rencontre, un point de convergence permettant aux deux équipes de se rejoindre. C’est par un post, publié en Story sur le compte Instagram de Mike Horn, que les premières nouvelles ont été apportées : « Hier les deux explorateurs, Mike Horn et son co-équipier Børge Ousland, ont tout donné !« .

Une explosion de joie :

Après ces derniers jours à galérer, sans perdre pour autant courage, c’est dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 décembre que les deux équipes sont parvenues à se rejoindre. Les explorateurs ont laissé échapper leur soulagement, quand, dans le lointain, leurs lumières respectives ont été visibles. Des cris de joies qui ont longuement résonné sur la banquise et y auront, soyons en assurés, imprimé leur empreinte.

Le réconfort après l’effort :

Un appel du Lance a porté un message rassurant à l’expédition Pangaea, quand Mike et consort ont enfin pu regagner sains et saufs le brise-glace. C’est ici que nous laisserons nos deux surhommes le temps de se remettre, pas encore totalement conscients de l’exploit fabuleux qu’ils viennent de réaliser. Gageons que celui-ci restera à jamais gravé dans les annales exploratrices, une case privilégiée pour une odyssée hors normes, avec un équipage hors du commun.

Ses prouesses au Pôle Nord enfin surmontées, Mike Horn va pouvoir reprendre des forces par un repos bien mérité. C’est sur un happy and digne d’une série télévisée que la famille et les intimes de l’explorateur Sud-Africain, de même que ses nombreux fans, vont pouvoir souffler eux aussi. Un dénouement satisfaisant qui les ont ramenés sains et saufs, son compagnon d’expédition et lui, pour une épreuve dont l’issue aurait pu leur être fatale.

Advertisement