Facebook : l’histoire d’une grand-mère condamnée pour avoir publié des photos de ses petits-enfants

Credit: magicmaman
Advertisements

Une grand-mère condamnée : un tribunal néerlandais a récemment jugé qu’une grand-mère devait effacer les photos de ses petits-enfants qu’elle avait publiées sur les réseaux sociaux Facebook et Pinterest sans l’autorisation des parents. En fait, la poursuite découle d’une dispute entre la grand-mère condamnée sans nom et sa fille, qui lui avait demandé de retirer les photos à plusieurs reprises.

Advertisements

Le juge a constaté que le Règlement général de l’Union européenne sur la protection des données (RGPD), bien que normalement non applicable en cas de grief personnel, s’appliquait à l’affaire car la publication des photos sur Facebook et Pinterest les mettait à la disposition d’un large public. La grand-mère condamnée devrait payer une amende de 50 € pour chaque jour où elle ne retire pas les photos. En plus, une amende similaire s’appliquera si elle publie d’autres photos.

Le Règlement général de l’Union européenne sur la protection des données (RGPD) exhorte une grand-mère condamnée à retirer les photos de ses petits-enfants sur Facebook et Pinterest

Un tribunal néerlandais a interprété le règlement général sur la protection des données pour statuer sur la publication d’une grand-mère condamnée. En effet, la grand-mère condamnée par le RGPD devrait enlever les photos de ses petits-enfants sur le réseau social Facebook. Cela signifie que, dans ce cas, la grand-mère condamnée doit donc tout bonnement retirer les photos, rapporte la BBC. En effet, grand-mère condamnée n’a pas l’autorisation des parents pour les publier. Après une rupture entre les deux, la fille a demandé à plusieurs reprises à sa mère d’enlever les photos, puis a porté l’affaire devant les tribunaux.

Par ailleurs, la grand-mère condamnée encoure des amendes du Règlement général de l’Union européenne sur la protection des données (RGPD) si elle ne supprime pas les photos ou si elle en publie d’autres. Le règlement de l’UE prévoit une exemption pour les utilisations « purement personnelles », mais le tribunal a déclaré que la publication des photos sur les réseaux sociaux les rendait largement accessibles. « Avec Facebook, il ne peut pas être exclu que des photos placées puissent être distribuées et se retrouver entre les mains de tiers », a indiqué le jugement.

Le Règlement général de l’Union européenne sur la protection des données (RGPD) stipule que les citoyens doivent absolument avoir plus de contrôle sur leurs données personnelles

« Je pense que la décision va surprendre beaucoup de gens qui ne pensent probablement pas trop avant de tweeter ou de publier des photos », a déclaré Neil Brown, un avocat spécialisé dans les technologies. Tout en reconnaissant la préoccupation supplémentaire lorsque de telles questions concernent des enfants, Mike Masnick écrit dans Techdirt que l’affaire illustre que le RGPD pourrait être utilisé pour la censure.

Par ailleurs, la mesure RGPD aura deux ans la semaine prochaine. En marquant l’anniversaire, l’UE a déclaré que le règlement « garantit que les citoyens ont plus de contrôle sur leurs données personnelles », mais a reconnu que « la conformité est un processus dynamique et ne se fait pas du jour au lendemain ».

Indépendamment des exigences légales, Brown suggère ce qu’il faut faire en cas de doute quant à savoir si les gens veulent que des photos d’eux soient publiées sur les réseaux sociaux. « La chose raisonnable – la chose humaine à faire – est d’aller les enlever », a-t-il dit. (Le RGPD a changé les choses lorsqu’il est entré en vigueur en 2018.)

Advertisements