La Chine ordonne que tous les ordinateurs d’origine étrangère soient retirés des bureaux d’État Chinois

La Chine ordonne que tous les ordinateurs d’origine étrangère soient retirés des bureaux d’État Chinois dans un délai de trois ans, rapporte le Financial Times. Il est important de noter que cette purge pourrait réussir en raison de plusieurs facteurs si nous tenons en considération l’intense guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

Advertisements
La Chine ordonne que tous les ordinateurs d'origine étrangère soient retirés des bureaux d'État Chinois
Credit : atlasinfo
Advertisements

Alors que la tâche semble difficile selon plusieurs analystes, la Chine et ses entreprises s’attendaient à cette éventualité depuis un bon moment. En effet, de nombreuses entreprises soutenues par le gouvernement chinois ont délaissé des fournisseurs américains de matériel informatique depuis un certain temps. Cela les a donc obligés à développer leurs propres ressources locales.

En fait, la directive du parti communiste chinois cherche à stimuler la chaîne d’approvisionnement technologique nationale. La directive de remplacer tous les logiciels et matériels informatiques étrangers dans les trois prochaines années fait écho aux efforts protectionnistes similaires de l’administration Trump.

En mai 2019, Hu Xijin, rédacteur en chef du journal Global Times en Chine, avait déclaré que la cessation de collaboration technologique des entreprises américaines avec Huawei ne serait pas fatale pour l’entreprise, car Huawei avait déjà planifié ce conflit depuis des années et cela inciterait donc la société à développer sa propre industrie de micropuces pour rivaliser avec l’Amérique.

Par ailleurs, cette directive du gouvernement chinois pourrait avoir des revers sur des entreprises américaines telles que HP, Dell et Microsoft. Cette directive est aussi une réplication de Beijing pour contrer les initiatives de Washington visant à réduire la dépendance à la technologie chinoise. Autrement dit, une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis pourrait se transformer en une guerre froide technologique.

Cette année, la Maison Blanche a ordonné les compagnies américaines de ne pas collaborer avec Huawei, la compagnie chinoise des télécommunications. Google, Intel et Qualcomm ont également annoncé qu’elles gèleraient leur coopération avec Huawei.

Il s’agit de la première directive publique connue de Pékin fixant des objectifs spécifiques pour limiter l’utilisation de la technologie étrangère en Chine, même si cela fait partie d’un mouvement plus large dans le pays pour accroître sa dépendance à l’égard de sa propre technologie nationale.

Le Financial Times nous révèle que la directive chinoise causerait le changement approximativement 20 à 30 millions de matériel informatique et ce, dès 2020. Des observateurs ont aussi fait savoir que seulement 30% des remplacements seront effectués en 2020 tandis que les 50% seront complétés en 2021 et le reste en 2022.

Le changement de tout le matériel et logiciel restera un défi si on tient compte du court délai. En effet, plusieurs consommables informatiques chinoises utilisent Windows comme système d’exploitation.

Par ailleurs, Microsoft pourrait être l’entreprise américaine qui sera le plus affectée par cette décision chinoise. En effet, la majorité des suites de productivité bureautique et des systèmes d’exploitation utilisés par le gouvernement chinois ont été développés par Microsoft. En termes simples, le nombre d’ordinateurs exécutant le système d’exploitation Windows et la suite MS Office serait donc sur le point de chuter considérablement au courant des trois prochaines années sachant que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis n’est pas finie pour demain.

Advertisements