La police a trouvé une chambre de torture insonorisée cachée dans un conteneur d’expédition à la frontière belgo-néerlandaise

La police a trouvé une chambre de torture insonorisée cachée dans un conteneur d'expédition à la frontière belgo-néerlandaise
Credit: news.sky
Advertisements

La police néerlandaise a découvert une chambre de torture cachée à l’intérieur d’un des nombreux conteneurs d’expédition dans une zone rurale à la frontière des Pays-Bas et de la Belgique. Six hommes ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir planifié des enlèvements et des prises d’otages, d’extorsion et de participation à une organisation criminelle dans le cadre de l’enquête, selon des documents de la police nationale néerlandaise.

Advertisements

La police hollandaise est intervenue après que la police française a piraté des données provenant de téléphones cryptés utilisés par des criminels. Cela a permis aux forces de l’ordre du Pays-Bas de lire leurs messages en direct. Les échanges entre les criminels comprenaient des photos d’un conteneur maritime « avec un fauteuil dentaire, avec des sangles sur les accoudoirs et le repose-pieds » ainsi que des « pourparlers d’enlèvement et de torture », a déclaré la police néerlandaise dans un communiqué. Les officiers ont mis la zone sous surveillance à partir de la mi-avril. Ainsi, ils ont vu quelques hommes travailler dans les conteneurs maritimes (utilisés comme chambre de torture) presque tous les jours.

Des conteneurs maritimes servent de chambre de torture insonorisée

Une enquête a conduit la police à un entrepôt avec sept conteneurs d’expédition à l’intérieur. Les conteneurs étaient recouverts de matériel d’insonorisation et étaient équipés de caméras, selon le rapport. Six des conteneurs pouvaient être utilisés pour contenir des personnes.

Les autorités hollandaises y ont trouvé des menottes au sol et au plafond ainsi que des toilettes chimiques dans la chambre de torture. Un autre conteneur avait une chaise de dentiste équipée de sangles de poignet et de cheville.

La police hollandaise a aussi trouvé une réserve d’instruments, notamment des scalpels, des sécateurs, des scies, des pinces et du ruban adhésif. Il y avait aussi des sacs en coton noir, des uniformes de police et des gilets pare-balles dans la chambre de torture

Les suspects avaient suivi les conversations sur la torture, ont révélé les responsables du Corps de la police nationale des Pays-Bas. Les conteneurs ont été localisés près du petit village néerlandais de Wouwse Plantage, non loin du territoire belge.

Enquête de la police néerlandaise sur une unité de torture hors de l’ordinaire à Wouwse

La police a également trouvé un hangar à Rotterdam qui contenait 53 livres de MDMA, selon le même rapport de la police néerlandaise. L’enquête a commencé en avril, lorsque la police a commencé à enquêter sur un homme de 40 ans originaire de La Haye, soupçonné d’être impliqué dans un trafic de drogue.

« Il a mené une existence sous le radar, mais notre enquête financière a révélé qu’il avait probablement utilisé un hangar à Wouwse Plantage », a déclaré le chef de la police nationale néerlandaise, Jannine Van Den Berg. En effet, la police surveillait les communications sur un réseau crypté appelé EncroChat depuis avril, où les suspects parlaient librement de leurs activités, selon un rapport de police.

Les suspects ont appelé les conteneurs leur « EBI » – une référence à Extra Beveiligde Inrichting, une prison sécurisée néerlandaise. Les conversations ont décrit des plans d’enlèvement précis ainsi que des actes de torture, ont déclaré la police.

« Si je l’ai sur la chaise, d’autres viendront », révèle un des chats, selon la police.

En plus de la chambre de torture, les autorités ont déclaré que le groupe très organisé prévoyait d’utiliser des uniformes de police, des gilets pare-balles, des armes et des panneaux d’arrêt lors des prochains enlèvements. Les conversations ont également aidé la police à identifier les victimes potentielles, qui auraient été informées et se seraient cachées. EncroChat a maintenant fermé ses opérations, selon les informations de la police hollandaise.

Advertisements